top of page

Comment parle un enfant de 4 ans ?

Dernière mise à jour : 20 juin


La période langagière entre 3 et 4 ans est marquée par un enrichissement spectaculaire du vocabulaire. En effet, le nombre de mots utilisés par l’enfant passe de 300 mots à 1200 mots vers 4 ans. De plus, sur le plan qualitatif, les énoncés de phrases "grammaticalement correctes" font leur apparition...

L'enfant acteur de la construction de son langage

Cette habilité ne résulte pas d’un simple processus de répétition ou d’imitation de l’adulte ; l’enfant contribue activement à la construction de son propre langage. Il déduit de son expérience linguistique des principes de fonctionnement qu’il applique à des situations nouvelles. Pour progresser sur le plan du langage, il effectue constamment une comparaison entre ses propres productions et celles que lui adresse son entourage, d’où l’importance de l’exemplarité langagière autour de lui.


Ainsi, vers 3 ans et demi, l'enfant maîtrise en grande majorité la structure de sa langue maternelle, parsemée de-ci, de-là, de petites erreurs grammaticales, syntaxiques ou articulatoires. Il enchaine des séries d’énoncés de base à 4 éléments (sujet-verbe-adjectif-complément) qu’il articule avec des conjonctions de type « et, et puis, alors ».

L’enfant découvre la richesse du langage

L’enfant se nomme et questionne beaucoup son entourage au moyen du « pourquoi » et du « comment ». Il apprécie de raconter ses exploits ou ses actions en faisant varier le temps du verbe. En effet, l’auxiliaire « être et avoir » sont désormais maîtrisés et rendent possible l’utilisation du passé composé, par ex. « papa est parti travailler ». Le futur apparait également grâce à la périphrase « va + infinitif », par ex. « il va venir ».


L’enfant enrichit son vocabulaire en nommant ce qui l’entoure, ce qu’il ressent et ce que les autres peuvent penser. Il utilise les articles (des-les), tous les pronoms personnels (y compris le ON), des prépositions de lieu (sur-sous-dans), de moyen (avec), des adjectifs possessifs (mon, ton), des subordonnées relatives et complétives en supprimant le pronom relatif, par ex. « maman dit tu dois dormir ».


A partir de 3 ans et demi, l'enfant participe activement aux conversations et aime donner son point de vue. Il est capable de nous raconter un conte connu selon un séquençage début-milieu-fin ou d’échanger au téléphone. Il nous partage son monde imaginaire en se parlant ou en s’adressant à ses jouets. Dans tous les cas, il adapte son discours à son interlocuteur, que cela soit un adulte ou un enfant. Cette découverte de la richesse du langage l’incite à jouer avec les mots, à en inventer. Avec l’entrée à l’école, il découvre également l’interdit qui plane autour des mots grossiers et la joie de le contourner.


En termes de compétences, l'enfant nomme les couleurs, dénombre les objets, compte jusqu'à 5 et se repère entre le jour / la nuit et le matin / l'après-midi. Sur le versant réceptif, les capacités de compréhension de l’enfant s’améliorent, il comprend des ordres complexes, les adjectifs abstraits et les concepts temporels (hier-demain).


On considère qu’à 4 ans, 98% de la parole de l’enfant doit être intelligible et inclure des phrases avec des expansions. Tous les sons sont acquis, mais il peut subsister parfois quelques difficultés articulatoires pour les sons /l-ch-j-s-z/, plus compliqués à produire.




1 155 vues

Posts récents

Voir tout

댓글


bottom of page