top of page

Vers la belle parole - 3 ans

Dernière mise à jour : 5 juil. 2023



Vers la belle parole...

L'entrée à l'école constitue bien souvent un moment clé dans l'acquisition du langage puisque l'enfant s'immerge dans un nouveau "bain de langage" très stimulant avec ses paires.

A la crèche ou chez une assistante maternelle, l'enfant était déjà dans cette configuration éveillante en étant porté par ses échanges avec les autres. L’école va le tirer vers le haut par la multitude et la diversité des interactions qu’il va expérimenter. Chaque enfant va vivre différemment cette étape de socialisation. Certains, qui étaient gardés à la maison, vont rapidement profiter de la richesse des découvertes à faire, d’autres vont avoir besoin d’un temps d’adaptation plus important pour « oser prendre la parole en collectivité ».

Que connaît mon enfant ?

A 3 ans, l'enfant dit a minima une centaine de mots, mais la plupart du temps, il possède déjà 300 mots identifiables. Entre 2 ans et 2 ans et demi, sa parole comprenait encore beaucoup de jargon (de parole inintelligible), vers 3 ans, cette tendance s’inverse. La « belle parole ou parole claire » (à comprendre comme bien articulée) émerge dans ses énoncés et devient majoritaire.

A cet âge, le jeune enfant va découvrir grâce son entourage 2 mots qui vont lui sembler « magiques », les mots « TRUC » et « MACHIN ». En effet, l’enfant (qui a soif de communiquer) va sur-utiliser ces mots. Ainsi, il pourra parler de tout sans être gêné par un quelconque problème de vocabulaire... Bien évidemment, son entourage reformulera ses phrases en lui proposant le mot adéquat selon la situation.


La parole du jeune enfant, qui suit le modèle sujet-verbe-complément, s’enrichit de quelques notions abstraites, par ex. "PETIT / GROS / DEDANS / DEHORS". Le boutchou utilise plusieurs verbes d'action dans ses phrases, ainsi que des marqueurs de temps. Les principales flexions verbales, telles que présent / passé-composé / futur apparaissent au gré de ses essais et de ses erreurs.

La différenciation du genre (masculin / féminin) se stabilise. Les articles définis (le / la / une) et les pronoms (il / elle) sont correctement utilisés.

L’enfant nomme les couleurs primaires et dénombre jusqu'à 3 si on lui présente une quantité plus élevée. Bientôt, ses phrases comprennent 4 mots et les principaux outils grammaticaux, dont les pronoms, les articles, les adverbes, les prépositions et les adjectifs. Il va continuer à questionner le monde et son entourage, notamment par ses nombreux « POURQUOI ? ». A cette période, l’enfant pose beaucoup de questions, qui témoignent de sa soif d'apprendre et de comprendre le monde. A l'adulte de s'armer de patience et d'expliquer par des termes simples des concepts parfois compliqués.


La troisième année est marquée par l’apparition en expression du JE (ex. "JE vais à l'école"), souvent en même temps que le dessin du rond fermé, représentant une entité indépendante.

Il n’est pas rare d’entendre encore dans la bouche de l’enfant des erreurs de langage. En effet, ce dernier a repéré des formes syntaxiques dans sa langue maternelle qu’il tente d’appliquer, grâce à son esprit logique, sur des mots nouveaux.

Par exemple, il a entendu maintes fois le verbe « gribouiller » et le nom « gribouillage », si bien qu’un beau jour, il nous propose la création du mot « DESSINAGE » ou encore du verbe « Je vais PEINTURER ».

Ces erreurs montrent bien que l'enfant a compris comment se marque l'infinitif à partir d’un nom commun. Quel malin et quel créatif avec sa langue maternelle ! Il applique donc la règle en la généralisant à d’autres verbes.

Que comprend mon enfant ?

Au niveau réceptif, l’enfant comprend 3000 mots à 3 ans et des questions plus élaborées, telles que /avec qui, avec quoi, comment t'appelles-tu /. L'enfant comprend également des prépositions simples comme sur / sous / dans et des verbes d’actions. Il commence à comparer les grandeurs (c’est pareil – c’est pas pareil) et à comprendre les termes génériques de la classification du monde (les animaux, les plantes…). Il se repère avec les premiers repères spatio temporels tels que le jour / la nuit.

Cette nouvelle étape montre bien que le langage ne se contente pas de l'imitation. L'enfant doit déduire des mécanismes propres à sa langue et les appliquer à des situations nouvelles.



Bienvenue dans cette vidéo "Comment accompagner l'enfant vers le JE ? "

L'âge des 3 ans est une étape importante. Non seulement cette année rime avec l'entrée à l'école maternelle, mais en termes de langage, c'est aussi une étape charnière au cours de laquelle l'enfant va parler de lui de manière individualisée, en disant JE.

Eh oui, vers 2 ans et demi, l'enfant utilisait soit son prénom, soit le pronom MOI pour exprimer son point de vue.

"Manon pas contente.

Moi, veut pas."

Petit à petit, le langage et la syntaxe s'enrichissent si bien que l'enfant veut utiliser le JE au cours de la 3e année. Mais comment bien l'accompagner dans cette nouvelle étape ?

Sachez tout d'abord que le JE est indissociable du TU. Pour que votre enfant utilise le JE et le TU, il faudra qu'il les ait entendus dans la bouche de son entourage.

Cela semble évident, mais je vous invite à réfléchir sur la manière dont vous vous adressez à l'enfant.

En français, nous avons tendance à dire ON à la place de JE, alors soyez vigilant.

Au placard les "ON va changer ta couche. On va prendre le bain."

Bienvenue à "JE vais changer ta couche, JE vais mettre à couler ton bain".

D'autre part, si je dis à l'enfant "Maman va partir au travail et Hugo reste à la crèche", là encore je ne lui montre pas le bon exemple car je n'utilise pas le JE et le TU. Cette prise de conscience est fondamentale pour aider l'enfant à acquérir le JE par imitation.

Avant tout, il faut que l'entourage serve d'exemple, alors tendez l'oreille !

J'espère que cette vidéo "Comment accompagner l'enfant vers le JE ? " vous a inspiré.


Bienvenue dans cette vidéo "Eveil langagier après 3 ans".

Pour bien accompagner votre enfant dans le langage, je vous encourage à converser avec lui en vous intéressant à ce qu'il vous raconte, à ses envies, en lui posant régulièrement des questions ouvertes. Vous pouvez par exemple lui demander de vous raconter sa journée ou comment va se dérouler, à son avis, l'anniversaire chez son copain.

Bien évidemment, la lecture régulière d'albums et de contes est fondamentale pour que l'enfant soit confronté à un niveau de langage plus soutenu. Après la lecture, vous pouvez inviter votre enfant à vous raconter l'histoire.


Pourquoi ne pas inventer une histoire imaginaire et proposer à l'enfant de la poursuivre ? N'oubliez pas non plus les imagiers, ils aideront l'enfant à enrichir son vocabulaire. En prenant le temps de jouer avec lui, jouer à faire semblant, jouer à la marchande, aux poupées ou encore au docteur, vous l'aiderez progressivement dans son langage et sa syntaxe. Les jeux de mémory travaillent aussi sa concentration et son attention visuelle.

Les jeux de loto, qui associent une scène à des objets, développeront également son langage, son attention et sa discrimination. Vous pouvez aussi vous amuser ensemble à des jeux de devinettes.

"Qui mange des carottes ?

Qui éteint les feux.

À quoi sert un couteau ?

À quoi sert un marteau ?

Je mets dans ma tête un fruit, il est long.

La peau est noire, jaune, les singes en raffolent.

À quoi penses-tu ?"

Selon son intérêt, vous pouvez aussi chanter des comptines, jouer à faire des rimes, trouver des mots qui finissent par le son ETTE cacahuète, raclette, tartiflette, trompette.

Enfin parfois, pourquoi ne pas parler du bruit que font les lettres par exemple ? Le S fait /SSS/, le R fait /RRR/...

J'espère que cette vidéo "Eveil langagier après 3 ans" vous a donné des idées, alors à vous de jouer !


Posts récents

Voir tout
bottom of page