top of page

L'explosion du langage

Dernière mise à jour : il y a 3 jours



En ce qui concerne le langage, la période entre 2 ans et 2 ans et demi se caractérise par l’explosion du langage ou l'explosion lexicale. En effet, à cet âge l’acquisition de nouveaux mots de vocabulaire est impressionnante.


Le jeune enfant est capable d'apprendre un nouveau mot par heure ! Il retient aussi bien les mots rares que les mots connus. Le vocabulaire va donc s'enrichir tout au long de la troisième année à une vitesse étonnante. L’enfant, qui a compris que toute chose s’appelait, va également poser des questions à son entourage en utilisant les pronoms quoi / qui / où, par ex. « Il est où papa ? ».


Que dit l'enfant ?

A cet âge, l’enfant possède généralement un stock lexical en expression a minima de 100 mots, voire de 200 mots bien identifiables. Il est capable de nommer et décrire 3 à 5 objets de son environnement et utilise aussi bien des noms, que des verbes, des pronoms ou des adverbes.

A 24 mois, l'enfant fait souvent des phrases de 2 mots juxtaposés (ou plus), avec une syntaxe souvent inversée : « Caché doudou ». Petit à petit, il forme des phrases dont la grammaire ressemble à sa langue maternelle (type sujet-verbe), par ex. « il court – il dort ». Le genre (masculin-féminin) est encore instable, voilà pourquoi vous entendrez bien souvent « il court la dame ». Son langage est encore très égocentrique, avec beaucoup d’allusions narcissiques en se nommant par « moi » ou par son prénom.

Bien souvent à cet âge, l’enfant dit en expression une couleur et ce terme va être utilisé pour nommer toutes les couleurs. De plus, il commence à ajouter le pluriel aux noms et à utiliser le passé dans ses verbes, en conjuguant souvent à la 3ème personne, par ex : « Pati papa » pour « Papa est parti ».


Que comprend mon enfant ?

Sur le versant réceptif, l’enfant répond a minima à des ordres simples (« tu vas chercher tes chaussures ? ») et comprend en moyenne jusqu’à 500 mots. Dans un livre, il va nous montrer aisément 7 à 10 images simples. D’ailleurs, il apprécie beaucoup d’écouter de petites histoires, l’instauration d’un rituel de lecture avant le coucher est donc vivement conseillée. Cet impact positif de la lecture d’histoires peut se mesurer à l’adolescence. Les études* ont prouvé que le niveau de compréhension des adolescent de 15 ans (à qui les parents ont lu des histoires durant l’enfance) a un écart de + de 20 points par rapport aux autres adolescents n’ayant pas vécu ce type d’instants privilégiés.

A 24 mois, la recherche** a mis en évidence que l’enfant comprend la qualité de la structure de la phrase et son côté grammatical. A l’écoute d’une histoire courte, il a été observé des activités neuronales différentes au travers d’un EEG selon si l’enfant entend la phrase « je prends la fraise » ou « je la fraise avant lui ». Ainsi, dès 2 ans, l’enfant fait déjà la différence entre les différentes structures syntaxiques de phrases qui lui sont adressées.


A 2 ans et demi, l'enfant passe de la juxtaposition de 2 mots à des phrases complexes en étendant ses énoncés à 3 mots. Les articles sont correctement utilisés au fur et à mesure, tout comme certains pronoms personnels ou adverbes de lieu (ici, là, là-bas).

La syntaxe s’établit et permet une communication enrichie avec l'adulte et des temps de conversations plus allongés. Les phrases des boutchous commencent à être sur le modèle sujet-verbe-objet, par ex. « Il mange une glace ». De plus, l’enfant est curieux et pose beaucoup de questions. Il est un vrai interlocuteur dont il faut assouvir la curiosité!

Cependant, malgré cette forte évolution syntaxique, vers 2 ans et demi, la parole reste souvent télégraphique. Elle peut parfois s’apparenter à du jargon quand l’enfant est difficilement compréhensible par son entourage. La « gym de la bouche » pourra l’aider à découvrir et tonifier sa sphère buccale, tandis que la reformulation est vivement conseillée pour lui présenter le bon modèle et l’accompagner dans la suite de son développement langagier.

* Karrass, J. and J.M. Braungart-Rieker, Effects of shared parent–infant book reading on early language acquisition. Journal of Applied Developmental Psychology, 2005. 26 (2): p. 133-148. ** Etude Bernal, Dehaene-Lambertz (2010)


Bienvenue dans cette vidéo "La soif d'apprendre"


Votre enfant a 2 ans, 2 ans et demi, il a soif de découvrir le monde, il vous demande sans cesse : "C'est quoi ça, c'est quoi ça, c'est quoi ça ? "

Il aime poser des questions, nommer les choses, faire des commentaires, exprimer des demandes.

L'acquisition du vocabulaire dès le plus jeune âge est un facteur déterminant pour la future réussite scolaire et interpersonnelle. Savez vous que l'enfant a la capacité d'apprendre des centaines de mots entre 2 et 3 ans ? Mais encore faut-il qu'il soit exposé à une grande variété de vocabulaire et que son entourage serve d'exemple.

Parents, vous avez un vrai rôle éducatif à jouer dans ce domaine. "C'est trop top, c'est cool, c'est quoi qui vient ? C'est la Copine à Zoé ? " Et si nous venions à bout de ces termes généralistes, de ces tournures agrammaticales qui ne mettent pas en valeur la langue française ? L'étendue du vocabulaire de votre enfant dépendra grandement du temps que vous passerez ensemble lors d'interactions privilégiées.


Lire une histoire chaque soir, regardez un imagier, sont de puissants stimuli cérébraux qui développent les facultés cognitives. Grâce aux albums, l'enfant expérimente l'étirement du temps. Il s'expose à de nouveaux concepts.


Les interactions autour d'un livre lui donnent des modèles de questions et de réponses avec un vocabulaire plus riche, une syntaxe plus élaborée, ce qui lui permet d'apprendre de nouveaux mots.

Ces temps autour du livre, sont très précieux pour enrichir le langage de votre tout-petit.

Alors, n'attendons plus, accompagnons l'enfant dans sa soir d'apprendre et éveillons le langage des enfants !

J'espère que cette vidéo "La soif d'apprendre" vous a donné des idées. Alors, à vous de jouer !


Bienvenue dans cette vidéo "Enrichir le vocabulaire grâce à un imagier".

L'imagier. C'est un outil formidable qui va aider le jeune enfant à développer son lexique. De nos jours, les premiers imagiers se proposent des 9 mois et ils connaissent un pic d'utilisation la 3e année au moment de l'explosion lexicale.

L'imagier permet de développer le vocabulaire de votre enfant en lui présentant des mots nouveaux que vous répéterez souvent.

Figurez-vous que le vocabulaire va s'acquérir selon les 2 versants du langage, l'expression et la compréhension.

Voyons ensemble les 3 étapes fondamentales autour d'un imager. Alors, nous allons prendre un grand imagier. Et nous allons nous intéresser à la scène du jardin. En premier, je vais proposer à l'enfant les mots nouveaux.


Pas plus que 5 mots, sinon je le noie d'informations. Je vais faire des phrases courtes en articulant bien.

"Voici les gants de jardinage.

Voici le sécateur.

Voici la tondeuse.

Voici le tuyau d'arrosage".

Deuxièmement, nous allons solliciter le vocabulaire en expression, en pointant du doigt.

"Qu'est-ce que c'est ? " Soit l'enfant vous répond "un sécateur".

"Un sécateur, oui, c'est un sécateur".

Soit, si l'enfant ne répond pas, vous lui présentez le modèle en répétant le mot.

"Un tuyau d'arrosage. Oui, c'est le tuyau d'arrosage."

Enfin, nous allons faire appel à sa compréhension des mots nouveaux.

"Tu me montres la tondeuse ?

Bravo. Oui, c'est la tondeuse.

Tu me montres le sécateur ?

Bravo, c'est le sécateur".

N'oubliez pas de l'encourager.

L'imagier est un outil formidable à faire évoluer dès que vous constatez que votre enfant est à l'aise avec les mots nouveaux. Il faudra alors lui proposer des imagiers plus thématiques. Par exemple, un imagier de la nature.

Vous pouvez aussi proposer des imagiers avec des scènes d'action, car à 2 ans et demi, l'enfant va commencer à utiliser des verbes, donc nous allons pouvoir lui poser des questions sur des scènes et notamment la question "Qu'est-ce qu'il fait ? par exemple.

"Qu'est-ce qu'il fait le monsieur là ? "Il apporte des gâteaux".

"Oui, tu as raison, il apporte des gâteaux."

Voilà, à chaque âge son imagier, l'éveil au langage autour des imagiers peut même continuer jusqu'à l'entrée au CP.

J'espère que cette vidéo "Enrichir le vocabulaire grâce à un imagier" vous a éclairé, alors à vous de pratiquer.

48 vues

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page